Vertu du Guerrier #2

Différencier l’autre de ses actions

Une vertu à développer afin d’être davantage sereine (serein), paisible et solide afin de gérer au mieux tout ce qui se présente sur ma route de Guerrière (Guerrier) est la sagesse de différencier l’autre et ses comportements!

Il est absolument primordial de faire une différence entre la personne devant moi, en tant qu’âme, et ses actions. Par exemple, une personne est très triste, mais au lieu de montrer sa vulnérabilité, la personne est irrespectueuse envers moi. Profondément, cette personne est triste et voudrait du réconfort. Mais, de par ses masques, ses mécanismes de défenses, elle choisit d’agir de façon incohérente envers elle-même et de se montrer colériquement irrespectueuse. Ainsi, je dois, pour ma santé mentale, voir les deux aspects de l’individu, même s’il y a contradiction. Ceci est un exemple pour démontrer à quel point il est important de différencier l’autre et ses comportements. Allons plus loin avec cet exemple…

Si j’agis envers la personne uniquement en considérant son comportement de colère, je peux ressentir de la colère envers l’autre ou de la tristesse, etc. Mais là, c’est perdant, perdant: la personne me contagie avec son poison de colère, et acceptant ce poison en moi, je lui en relance (colère) ou me fais du mal (tristesse), ou les deux… À l’inverse, si j’agis sainement envers la personne uniquement en fonction de sa tristesse que je perçois et ressent, je peux refuser le poison, rester neutre dans mon amour pour l’autre, et parler avec des mots, communiquer et solutionner au mieux la situation. Attention, il ne faut pas endurer l’inacceptable par contre! Je ne dis pas de rester dans une relation toxique et de faire semblant que tout est parfait! Je veux dire par là qu’il ne faut pas tomber dans le piège que parce que je perçois la tristesse de l’autre, alors j’accepte l’inacceptable pour ménager l’autre! Non, non et renon! Il faut communiquer avec la personne qui émet des gestes et actions toxiques et trouver des solutions. Si la personne continue, c’est à moi de m’aimer suffisamment pour couper les relations toxiques si c’est nécessaire. 

Ce principe doit évidement s’appliquer avec lorsqu’on éduque un enfant. On doit apprendre à l’enfant qu’il est un être merveilleux indépendamment de ses actions. Parfois, il fait des choix super, des choix gagnants, mais parfois, il fait des choix non-gagnants. En tant que parent ou enseignant de la vie, je me dois d’aimer autant l’enfant  s’il fait le meilleur de choix ou le pire. Si j’aime vraiment l’autre, mon amour est constant. Je l’aime, c’est tout. Mon amour pour l’autre ne doit pas augmenter si l’autre fait des choix gagnants ou s’il se comporte comme je le souhaite, puis baisser dès que l’autre fait des choix que je réprouve ou qu’il agit contrairement à ma volonté…

Si un enfant brise quelque chose, par exemple, je dois continuer d’aimer l’enfant. Je dois surtout rester neutre et lui montrer le vrai amour. Le vrai amour aime dans les meilleurs moments comme dans les pires. Je dois aimer l’autre en tout temps, tout en étant éveillé et conscient des comportements de l’autre qui me font du mal, ou qui sont non-gagnants. Si l’autre émet des actions, des comportements non-gagnants, je ne dois pas lui montrer des gestes de non-amour, je dois rester neutre à ce niveau et lui communiquer que je n’ai pas aimé son action. Évidemment, il est normal que si quelque que j’aime produise un comportement de non-amour envers moi, que je n’ai pas le goût de lui montrer mon amour à ce moment là, car je suis triste, par exemple, et que j’ai besoin de prendre du temps pour gérer ce qui est monté en moi. Ainsi, j’aime l’autre autant, mais je n’ai pas le goût de le lui démontrer dans le moment présent et je me respecte. Mais je reste neutre dans mon amour pour l’autre, je n’ai pas à faire sentir à l’autre que je ne l’aime pas pour ce qu’il a fait ou dit. 

J’utilise mon libre arbitre!

Je prends position en tant que Guerrier paisible:

«  De plus en plus à chaque jour, j’apprends à mieux discerner l’autre de ses comportements. J’apprends à mieux gérer mes émotions et à communiquer afin de solutionner les situations difficiles que je vis. J’apprends à vivre de plus en plus dans un amour pur, fraternel. Je refuse qu’on me maltraîte, mais l’amour que j’ai pour les autres est continue, stable. Je garde mon discernement et l’utilise dans mes relations. J’apprends à m’affirmer dans la sagesse, en tant qu’âme. Personne n’est parfait. Je ne suis pas parfaite et les gens qui croisent ma route ne sont pas parfait. Je me pardonne donc mon imperfection, tout en pardonnant aux autres leur imperfections. Je prends comme acquis que les gens font du mieux qu’ils peuvent. J’apprends à être davantage tolérant et aimant envers les autres. Ce que je choisis, c’est de faire de mon mieux pour gérer tout ce qui se présente! Ce que je me demande, c’est de faire de mon mieux, c’est tout! Cette maxime est une arme efficace contre le perfectionnisme destructeur. J’ai fait de mon mieux? Parfait alors! De plus en plus à chaque jour j’apprends à m’aimer en tant qu’âme et à aimer les autres en tant qu’âme.»

Que Dieu vous bénisse! 🌈🙏🏻

Lyne Larocque, M. Sc., Guide Sérénité-Vitalité pour les Guerriers de Dieu 🔥! 

LyneLarocque.com Tous droits réservés.

Partagez avec vos êtres chers en préservant l’intégralité du texte.

%d blogueurs aiment ce contenu :